Vous êtes ici : Accueil > Agenda > Année 2008-2009 > L’inauguration de l’école
Publié : 23 octobre 2008

Discours d’accueil

par les CM2-A

Inspiré par des titres de poèmes de Robert Desnos, ce texte introduit l’inauguration de notre école.

Nous sommes fiers de vous présenter notre nouvelle école.
Cette école est très grande et très agréable même si la fourmi, le zèbre, les hiboux et le pélican ont disparu.
Dans nos anciennes écoles, il y avait plus de place pour courir, plus d’arbres, plus d’espace du sommeil.
Bref, c’était la liberté.
Nous voilà dans cette nouvelle école et nous allons y travailler dans la bonne humeur.

La nouvelle cantine et son self nous enchantent. Il nous tarde que les travaux soient finis pour pouvoir utiliser chaque recoin de l’école.
Bientôt, il n’y aura plus de soucis, nous pourrons travailler et chanter Chantefables et Chantefleurs.

J’ai tant rêvé de toi, que nous allons en profiter pour la dernière année.
Demain nous partirons à PMF, mais par un point situé sur un plan, nous retrouverons toujours Robert Desnos.
Merci de votre attention.

CM2A

Articles

  • Galerie d’images de l’inauguration de l’école - Novembre 2008

    Pour l’inauguration du "Grand Desnos", des élèves de l’école ont préparé un spectacle de poésies et de chants.
    Ils l’ont présenté aux autres élèves puis à quelques personnalités et à des parents d’élèves venus inaugurer l’école.

  • Une fourmi - Octobre 2008

    D’après le poème de Robert Desnos, "la fourmi", ce poème récité pourrait servir d’hymne à notre école. La fourmi
    Une fourmi de dix-huit mètres
    Avec un chapeau sur la tête
    Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
    Une fourmi traînant un char
    Plein de pingouins et de canards
    Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
    Une fourmi parlant français,
    Parlant latin et javanais,
    Ça n’existe pas, ça n’existe pas.
    Eh ! Pourquoi pas ?
    Une école parlant français
    Parlant arabe et puis anglais
    Ça n’existe pas, ça n’existe pas. (...)

  • Les animaux anormaux - Octobre 2008

    Ce poème, inspiré par le poème de Robert Desnos, "une fourmi de dix-huit mètres" est écrit et chanté dans les trois langues de l’école : français, anglais, arabe.

  • Hommage à Marie Curie - Octobre 2008

    Elle en a vu de toutes les couleurs…
    L’enfant l’a oubliée
    Sur une table de l’école
    Mais oui, vous savez
    Marie Curie la vieille école.
    Alors elle a tout vu
    Les monstres qui démolissaient les bâtiments
    Elle était vraiment émue
    Qu’allaient dire les enfants ?
    Et pourtant, l’école était belle
    Avec son olivier
    Ses fleurs en ribambelles
    Et ses bougainvilliers
    Seule, triste, abandonnée
    La paire de lunettes
    S’est mise à pleurer.
    Elle sauta au fin fond de la brouette
    Là, elle se dit
    Si j’avais (...)

  • Par un point situé sur un plan - Octobre 2008

    Par un point situé sur un plan.
    On ne peut faire passer
    Qu’une perpendiculaire à ce plan.
    On dit ça…
    Mais par tous les points de mon plan
    A moi
    On peut faire passer tous les hommes,
    Tous les animaux de la terre
    Alors votre perpendiculaire
    me fait rire.
    Et pas seulement les hommes
    Et les bêtes
    Mais encore beaucoup de choses
    Des cailloux
    Des fleurs
    Des nuages
    Mon père et ma mère
    Un bateau à voiles
    Un tuyau de poêle
    Et si cela me plaît
    Quatre cents millions
    De perpendiculaires (...)

  • La nouvelle école - Octobre 2008

  • En rentrant dans l’école - Octobre 2008

  • un dernier clin d’oeil à Marie Curie - Octobre 2008

    Lors de la dernière journée de classe les élèves de Marie Curie, on écrit quelques mots sur les murs de l’école.